Maman au Québec

Notre régime d’éviction des protéines de lait de vache, et des oeufs

Écrit par Cindy Chou

J’ai bien expliqué dans un article précédent comment nous nous sommes aperçus que notre enfant avait des allergies alimentaires. Je vais détailler aujourd’hui l’aspect intolérance versus allergies, ainsi que l’allaitement ainsi que le régime d’éviction. Une fois les allergies diagnostiquées par notre allergologue, il était évident que nous allions changer nos habitudes alimentaires à la maison. Le bébé vient tout juste de débuter la diversification des aliments complémentaires, pas de trop de changement pour lui, par contre pour moi qui l’allaite, il fallait tout revoir!

Après avoir lu et écoutés plusieurs témoignages sur les internets, j’ai eu envie de partager mon expérience avec des ressources scientifiques à la clé. Souvent dans le cas d’allergies et d’intolérances, on va lire beaucoup d’informations erronées et mal interprétées c’est pourquoi je vous suggère fortement de lire des textes qui sont correctement référencés et de faire confiance au personnel médical spécialisé. On ne consulte pas un médecin lambda pour des allergies mais bien un allergologue. De même qu’un allergologue ne peut vous donner des conseils en allaitement à moins d’avoir une certification en allaitement.

Quelque chose ne va pas, je crois que mon bébé a des allergies ou des intolérances.

Parfois, des bébés présentent certains symptômes qui inquiètent et ce même dès 6 semaines de vie, bien avant que le bébé ait mangé le premier aliment solide de sa vie. Il arrive que vous sentez que quelque chose ne va pas. Malgré le fait que vous portiez bébé, le cajoliez, l’allaitez, faites du cododo, qu’il ait une couche propre… Il continue de pleurer. Il semble inconfortable, se tortille, a mal au ventre. Il ne veut pas qu’on le pose. L’instinct maternel, est un pouvoir incroyable auquel nous devons nous fier plus souvent.

Il se peut que votre bébé souffre d’allergies ou d’intolérances. Evidemment lorsque le bébé est allaité, tout passe dans le lait de sa maman. La consommation des aliments via le lait de sa maman peut causer des douleurs au bébé. Il arrive que les enfants ne développent pas d’intolérance pendant leurs six premiers mois et qu’on leur découvre des allergies au moment de l’introduction des aliments complémentaires. C’est ce qui nous est arrivé. C’est important de suivre la recommandation de l’introduction des allergènes à la lettre afin d’éviter toute confusion.

Quels sont les symptômes qui peuvent nous alerter en cas d’allergies ou d’intolérance alimentaire?
  • Les intolérances (Allergie non-Ige médiée de type 4). Pour simplifier, les intolérances sont une forme d’allergie mais moins directes et ne pouvant pas causer de choc anaphylactique. Dans le cas d’une intolérance, les symptômes seront principalement liés au système gastro-intestinal apparaissent entre 2h et 48h après l’ingestion: Diarrhée, maux de ventre, gaz, reflux, mucus dans les selles, sang dans les selles. Un suivi avec une nutritionniste est fortement recommandé. Les intolérances vont doucement s’estomper pour la plupart vers le premier anniversaire du bébé, et pour le plus souvent auront disparu avant leur deuxième anniversaire. La réintroduction des aliments se fera à la maison, avec les conseils de la nutritionniste.
  • Les allergies (Allergies Ige-médiées). Dans le cas d’une allergie, les symptômes apparaissent dans les 2h après une ingestion et plusieurs systèmes peuvent être touchés la peau, le système respiratoire, le système gastro-intestinal : Eczéma, urticaire, diarrhée, vomissements, maux de ventre, difficultés respiratoires. Un suivi avec un allergologue est fortement recommandé lorsque l’on a un enfant présentant des allergies alimentaires. Un bébé allergique sera suivi avec un(e) allergologue tous les six mois jusqu’à ce que le médecin décide d’espacer les rendez-vous. Les aliments allergènes seront réintroduits grâce à des challenges supervisés par l’allergologue.

Je tiens à préciser que ce sont les symptômes synthétisés par mes lectures sur les allergies et intolérances. Cela ne remplace en rien le diagnostic d’un personnel médical compétent. L’objectif ici est d’informer à propos des allergies et intolérances des bébés allaités afin que ça entre dans votre subconscient. En espérant qu’un jour, vous vous se souveniez de ces symptômes et puissent aider leur bébé en souffrance.

Allaiter malgré les intolérances et les allergies

Nourrir un bébé au lait maternel est la norme biologique. C’est le lait le plus adapté à la consommation de nos petits humains, c’est un merveilleux cadeau que la nature nous a fait. Il n’y a aucun doute à ce sujet. Cependant, ce n’est pas parce que c’est biologiquement normal et naturel que c’est facile. Je vous avais écris un petit article à ce sujet sur tout ce que j’aurais voulu savoir avant d’allaiter. Les allergènes passent dans le lait maternel, et peuvent donc causer les symptômes décrits plus haut aux bébés intolérants et allergiques. Ils sont présent en plus faible quantité dans le lait maternel, et les symptômes seront donc amoindris mais ils entraînent quand même une souffrance du bébé. Allaitement d’un bébé allergique ou intolérant rime donc avec diète d’exclusion. Il est important pour vous de déterminer à quel point votre allaitement est important. Il existe bien sûr des laits commerciaux sans allergènes.

Dès que j’ai soupçonné mon bébé comme étant allergique au lait et aux oeufs, j’ai décidé tout couper tous ses allergènes de mon alimentation. Par instinct. En faisant attention d’éviter toute sorte de carence. Quelques semaines après avoir coupé ses allergènes, je me suis rendue compte à quel point mon bébé se portait mieux. Le jour et la nuit! Il ne se tortillait plus de douleur à la journée longue, il acceptait d’être posé parfois et laisser mon sein de temps en temps. Est-ce que je trouvais ça difficile de plus manger tout ce que je voulais? Parfois oui, dans les grands moments de fatigue. Après avoir répété mille fois à différentes personnes : “Est-ce qu’il y a du lait dedans?”. 99% du temps je trouvais ça facile, parce que mes motivations étaient claires. Je ne connais personne dans mon entourage qui aime plus le fromage que moi, j’en mangeais à tous les repas de la journée et dans chacune de mes collations. Chacun des plats que je faisais était saupoudré d’un peu de bonheur fondant. Et pourtant du jour au lendemain, j’ai tout coupé. Sans frustration aucune. Juste avec la force de mon mental. Je savais pourquoi je voulais le faire. Est-ce qu’il n’aurait pas été plus simple d’arrêter de l’allaiter et de donner de la formule sans allergènes à mon bébé? Pas pour moi, pas pour mon bébé, pas pour ma famille. Peut-être que c’est la solution pour une autre famille. Le fait de continuer à allaiter mon bébé, m’a permis d’être capable de lui offrir un lait de qualité sans ses allergènes jusqu’à ses 1 an (et plus car il est toujours allaité). Il faut savoir que les laits végétaux qui pourraient être une alternative dans le cas de l’allergie aux protéines de lait de vache ne devraient pas être introduits avant 12 mois.

Les débuts difficiles de la diète d’exclusion

Au début c’est difficile on tâtonne, on doit réapprendre à se nourrir. On doit constamment tout vérifier. On se méfie de la nourriture provenant de l’extérieur et on demande mille fois “Est-ce qu’il y a du lait ou des oeufs dedans?”. La vie de famille est chamboulée par l’arrivée du bébé et maintenant on doit changer notre façon de manger. Il va donc de soi que lorsque la diète est mal vécue, cela peut devenir pesant pour la maman qui se sent emprisonnée dans son allaitement, et pour le bébé qui ressent sa peine. C’est pourquoi il est vraiment important de définir des objectifs d’allaitement clairs et de le faire pour les bonnes raisons. Pour savoir quels aliments couper, je vous suggère fortement de consulter une nutritionniste pour éviter les carences, apprendre à lire les étiquettes et réapprendre à manger. Tout ce que je vais vous dire c’est que j’ai pu trouver une alternative aux allergènes de mon fils dans chacune de mes recettes, mais surtout j’ai revu mon utilisation (enfin plutôt ma dépendance) aux produits laitiers. Il faut savoir que dans notre cas, le lait peut se cacher un peu partout et parfois de manière sournoise. Jamais avant de lire attentivement les étiquettes je n’aurais pensé devoir éviter les charcuteries ou certains aliments préparés qui pour moi ne contenait pas de lait. Nous avons donc dû repenser notre alimentation familiale. Papa mange encore du yaourt et du fromage, mais maman et bébé les ont remplacés par autre chose.

Par quoi remplacer le lait et les oeufs dans les recettes?

Au début on se met à réadapter beaucoup de nos recettes, et on finit souvent par en trouver de nouvelles plus adaptées. Au bout de quelques semaines, cela devient une nouvelle routine familiale. Comme s’il n’y avait pas de contrainte finalement. Ce que j’ai aimé dans le fait de faire une diète d’exclusion pendant l’introduction des solides est de pouvoir partager mon assiette avec mon bébé sans aucune inquiétude. Je partage aujourd’hui avec vous quelques alternatives rapides et faciles, mais je vais bientôt partager encore plus! Nos recettes phares sans les allergènes de bébé chou. Nos recettes testées et approuvées. Un petit cadeau en quelque sorte.

  • Par quoi remplacer les oeufs? On peut remplacer jusqu’à deux oeufs dans une recette au delà ce sera difficile. Il existe des tonnes de tableaux de correspondance mais voici ce que j’utilise au quotidien. Dans une recette sucrée, j’utilise de la compote (j’ai toujours de la compote dans mon frigo) ou de la purée de banane. Dans une recette salée, je remplace un oeuf par une cuillère à table de fécule en suspension avec deux cuillères à table d’eau.
  • Par quoi remplacer le yaourt? Par du yaourt de soja ou par du yaourt de lait de coco. Je suis actuellement en essais pour faire du yaourt végétal maison, affaire à suivre!
  • Par quoi remplacer le beurre? Le plus souvent j’utilise de l’huile (dans mes gâteaux, sur mon pain le matin, dans mes plats) mais on peut aussi utiliser du beurre végétal.
  • Par quoi remplacer la crème? Il y a la possibilité d’utiliser de la crème de soja (Belsoy) ou bien encore de la crème de coco.
  • Par quoi remplacer le lait? Pour les recettes, j’utilise le lait végétal que j’ai sous la main, le plus souvent le lait d’amande. C’est doux doux dans mon estomac.
  • Par quoi remplacer le fromage? Celui-ci est en quelque sorte irremplaçable. Cependant il existe des alternatives qui peuvent faire la job dans certaines recettes. Je pense notamment au faux-mage Gusta ou encore le Daliya pour remplacer du fromage à fondre (grilled-cheese, pizza, gratiné) ou bien du parmesan vegan pour saupoudrer sur les pâtes. Les noix de cajou sont très utilisées pour remplacer le fromage dans les recettes vegan.

J’ai décidé de suivre la diète d’exclusion jusqu’au sevrage naturel de mon fils (c’est lui qui choisira quand il ne voudra plus prendre le sein) ou bien lorsque les allergies auront disparues. J’espère que cet article vous aura apporté un petit éclairage sur la diète d’exclusion des protéines de lait de vache ainsi que les oeufs. Pour vous montrer que c’est possible avec beaucoup de conviction et de soutien. Je vous souhaite beaucoup de bonheur dans votre aventure lactée.

Et vous, avez-vous eu à vivre un régime d’éviction durant votre allaitement? Votre témoignage pourrait intéresser des mamans, n’hésitez pas à prendre la parole!

Références.

http://allergies-alimentaires.org/fr/intolerance

https://www.lllfrance.org/1566-aa-81-allergies-et-allaitement

http://carolinetanguay.com/difference-entre-lintolerance-lactose-lintolerance-aux-proteines-bovines/amp/

Food allergies : understanding and living with food allergies and intolerances. Karen Sullivan. Éditions Collins.

Reconnaître et combattre les allergies chez l’enfant. Dr. Pierrick Hordé. Éditions Flammarion Québec.

Le guide complet des allergies. Dr Jean-Nicolas Boursiquet et Dre Assia Hassaine. Éditions Edito.

À propos de l'auteur

Cindy Chou

Leave a Comment

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.