Montréal

Allaitement et retour au travail – Les questions que je me suis posées

Écrit par Cindy Chou

Je continue ma série sur l’allaitement maternel et je vous parle aujourd’hui d’un sujet qui entraîne beaucoup d’émotions contradictoires: allaitement et le retour au travail!!! Le congé de maternité a été une belle aventure semée de rebondissements, et d’apprentissage qui doit malheureusement se terminer dans mon cas avec le retour au travail et donc surtout la séparation avec bébé… Ce fût pour moi une des étapes les plus dures de ma vie. Sincèrement. Je n’ai pas autant souffert depuis longtemps que lorsque j’ai dû me séparer de mon fils. Et pourtant, j’en ai eu des choses pas belles dans ma vie. Je ne comprenais pas comment (je ne le comprends toujours pas d’ailleurs) il fallait que je laisse un si jeune bébé qui a tant besoin de moi pour gagner de l’argent. La vie est si mal faite. Nous étions si heureux tous les deux à profiter de chaque belle minute de chaque journée. Nous nous laissions vivre, c’était un si beau moment! J’essaie de me focaliser sur le fait que j’ai eu le bonheur de construire une belle relation entre nous, fabriquer de l’amour tous les jours, et poser les premières pierres de sa confiance en lui. Cette première année ensemble, je le sais, nous a permis de bâtir des bases solides pour sa future vie d’enfant, d’adolescent et d’adulte. À nous maintenant de continuer à construire notre relation avec tout l’amour et l’empathie qui ont caractérisé cette première année de vie.

Il y a donc deux choses à devoir gérer lorsque le congé s’arrête. Le début d’un moyen de garde différent de maman à la maison et le retour au travail de maman. Si on allaite, on ajoute encore quelques petites choses à gérer et surtout des questions supplémentaires à se poser. Si un article sur les moyens de garde pourrait bientôt voir le jour sur le blog, je vais me focaliser plus sur le retour au travail aujourd’hui et plus particulièrement sur l’allaitement et le retour au travail. Je vais essayer de répondre aux questions que je me suis posée de manière légitime en espérant que cela puisse parler à certaines d’entre vous !

  • Que se passe t’il si mon bébé refuse le biberon?

La première chose à savoir lorsque l’on allaite que l’on aime ça et que l’on a envie que ça dure longtemps c’est que le biberon est l’ennemi n°1 à éviter. Il crée ce que l’on appelle une confusion sein/tétine qui peut souvent conduire à un sevrage précoce du bébé. Un enfant qui se sèvre du sein avant 1 an, a probablement subi les affres de la confusion sein/tétine. Le biberon n’est pas le seul outil pour faire boire un bébé allaité. Il en existe plusieurs. Notamment lorsque l’enfant a déjà été diversifié et qu’on lui a appris à boire au verre, ou encore à la cup 360. Je déconseille les verres à bec souples qui posent les mêmes problèmes de confusion que les biberons et les verres à bec durs sont à proscrire sur le long terme si on souhaite un bon développement dentaire. Le verre est donc la meilleure solution. (Source : Maman Lune, Le petit nourri-source).

  • Est-ce que je vais devoir sevrer mon bébé avant de retourner au travail?

C’est la question qui m’a causé des nuits blanches avant même que mon bébé n’ait commencé à se retourner du dos au ventre. Dans ma tête, le retour au travail signifiait sevrage obligatoire du bébé. Allaitement et travail de maman n’étaient pas compatibles. J’avais entendu d’autres mamans allaitantes qu’elles avaient dû se battre avec leurs bébés pour qu’il ne prenne plus le sein, et les forcer à prendre le biberon à la place. Chères mamans allaitantes, sachez que ce n’est pas la peine d’infliger autant de souffrance à son enfant (et à vous même). Si vous aimez allaiter, et que vous avez envie de continuer malgré le retour au travail c’est possible! Je connais heureusement maintenant d’autres modèles de mamans allaitantes qui m’ont redonné espoir en me disant qu’elles ont pu continuer leur allaitement jusqu’à ce que leur enfant ait 2 ans voire même plus. Source : Le petit Nourri-source, L’allaitement – Comprendre et réussir du Dr Jack Newman).

  • Qu’est-ce qui se passe si bébé ne boit pas de lait durant la journée ?

Bébé refuse donc le biberon, et vous ne pouvez pas tirer de lait ? S’il est bien diversifié, en bonne santé, qu’il mange bien et de tout, qu’il boit de l’eau, et bien il n’y a absolument aucune crainte à avoir (si ce n’est peut-être une mastite si on ne fait pas d’introduction à la garderie en douceur). Le bébé allaité peut se contenter de son lait le matin au réveil, en revenant de la garderie et avant le coucher. Et la nuit aussi. Il va rattraper le lait qu’il n’a pas bu en journée le soir et la nuit. Oui, il va falloir se lever la nuit. Encore. C’est pour ça que de notre côté nous avons choisi le cododo jusqu’à ce que notre bébé décide de faire chambre à part de lui même lorsqu’il sera sevré la nuit et qu’il fera des nuits complètes. (Ça peut aller jusqu’à 3 ans pour certains enfants). (Source : L’allaitement – Comprendre et réussir du Dr Jack Newman).

  • Mon bébé est allaité à la demande, c’est difficile de savoir combien de boire dois-je préparer? Quelle quantité?

Je ne me souviens plus où avoir lu cette information mais je l’ai trouvée plutôt utile! Un bébé allaité de plus de 9 mois va boire en moyenne de 2 à 4 onces de lait maternel tiré par boire (hors du sein bien entendu), et en moyenne 2 boires par jour parfois plus. J’ai décidé de lui apporter 3 boires de 4 onces pour la garderie jusqu’à ses 1 an. Au début, il ne buvait que 2 onces par jour, mais il a finit par prendre 4 onces 3 fois par jour pour doucement diminuer après ses 1 an à 2 boires par jour.

  • Donner du lait végétal à son enfant ?

Lorsque mon fils a eu 12 mois, j’ai décidé d’introduire le lait végétal en complément de mon lait maternel. Nous ne pouvons pas utiliser lait animal à cause de ses allergies. Il a donc fallu pour nous se tourner vers le lait végétal. L’objectif ici n’étant pas de le sevrer mais de lui apporter un complément lorsque je ne suis pas capable d’exprimer assez pour la garderie. Pour ce qui est du choix du lait végétal c’est simple, le lait qui convient le mieux est celui de soya. Cependant je préfère limiter la consommation du soya. J’ai décidé donc d’opter pour le lait de pois (marque Veggemo) ou encore le lait d’avoine que je trouve facilement à Maxi et autres supermarchés. Ils contiennent moins de protéines que le soya, mais dans notre cas ce n’est pas un problème car c’est au cas où il ait besoin de plus de lait que les 2 boires que je lui apporte. Ce n’est pas sa source de lait principale. Je vous réfère à ces deux articles sur le sujet écrits par des professionnelles compétentes. (https://mamanmangebien.com/lait-choisir-bebe-apres-1-an/ et http://lavegedacote.com/2016/11/30/quel-lait-offrir-a-mon-bebe/)

  • Exprimer son lait au travail ?

J’ai décidé de ne pas donner de lait autre que le mien à la garderie jusqu’à ses 12 mois. J’ai donc tiré mon lait sur mon lieu de travail (et je continue encore au moment où j’écris ces liges). J’ai décidé de m’acheter un tire-lait double électrique lorsque mon fils avait 6 jours car je savais déjà que je souhaitais allaiter longtemps. Si vous avez besoin de conseils sur quel tire-lait choisir je vous réfère à l’article ci-dessous. De mon côté, j’ai une production assez importante, et je suis capable de tirer mon lait très rapidement et en grosse quantité. Il y a des techniques pour augmenter la quantité de lait tiré mais avant tout le plus important est de s’assurer de beaucoup boire et d’avoir des téterelles de la taille adaptée à son mamelon. Durant 2×20 min chaque jour pendant 3 semaines, j’ai donc tiré mon lait, cela me permettait d’extraire environ 12 onces de lait. Parfois plus si je buvais vraiment beaucoup. Je n’ai pas d’espace dédié à l’allaitement sur mon lieu de travail, j’ai donc tiré mon lait (et je continue encore) dans un open space de 15 personnes. Lorsqu’il s’agit de mon fils, et de mon allaitement je n’ai aucune pudeur. Je me dis que si ça dérange quelqu’un, les gens peuvent toujours regarder ailleurs. De plus, on a quand même une certaine intimité dans notre cubicule ce qui vraiment me permettait de m’isoler des autres personnes qui travaillent au moment où je tire mon lait. Je tire maintenant 1 fois durant 20 min au cours de ma pause repas où j’en profite pour lire mes emails ou encore ne rien faire sur Facebook. Cela me permet de tirer assez pour 2 boires par jour à la garderie. Ce qui donne environ 8 onces. J’ai l’intention de continuer jusqu’à ce que mon fils ait besoin de lait, c’est à dire jusqu’à ses 2 ans environ. Ensuite je prendrais une décision sur comment je souhaite gérer mon allaitement sur mon lieu de travail.

Voici ce que j’apporte pour tirer mon lait au travail chaque jour :

J’exprime mon lait avec mon tire-lait double électrique.  Une fois la quantité souhaitée atteinte, j’arrête et je le verse dans des sacs de lait de la marque Avent. J’écris la date, la quantité de lait et le nom de mon fils au sharpie. Ensuite je les stocke au réfrigérateur dans un sac à lunch jusqu’à ce que je parte de mon travail. J’emballe mon tire-lait dans un sac (allo les jolis flamants roses), et je le nettoie à la maison. Avant de quitter le travail, j’ajoute un bloc de glace dans le sac à lunch contenant mon lait exprimé ce qui permet de le maintenir plus longtemps au frais. Si vous n’avez pas de réfrigérateur à portée de main, il existe d’autres façons de conserver votre lait durant la journée.

 

Et vous, comment s’est passé le retour au travail et l’allaitement?

À propos de l'auteur

Cindy Chou

Leave a Comment

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.